Daniel Molyneux

Le céramiste américain Daniel Molyneux a réalisé une résidence de création au département de céramique de la Maison des métiers d’art de Québec à l’automne 2013.

L’œuvre de Daniel Molyneux est  introspective et philosophique. Tous les signes et signifiants glissent  d’avant en arrière. Indépendamment de l’intention ou du niveau de  compréhension, le vrai sens s’en remet à la subjectivité de notre  expérience.

Comment le sens peut-il se manifester, se suspendre ou ressembler à la forme? Daniel Molyneux crée des scénarios  qui expriment des impressions qui ne sont pas tout à fait rationnelles,  et qui s’en tiennent à la capacité de chaque individu à créer son propre sens. Son désir évident d’exposer ce qui est interne et caché repose  sur des indices culturels, sociétaux et politiques. Ce désir marque  cette nouvelle série d’œuvres, où la relation entre certains symboles  anéantit tout espoir de justifier un résultat objectif.

L’utilisation de figurines dispersées sur les formes souligne l’« entre », l’espace, où les doutes et  l’opposition se côtoient. L’artiste met ainsi en évidence la  subjectivité de la vérité. À son sens, cette vérité peut-être plus  intuitive et souvent demeurer indéfinie, contrairement à ce que l’on  attend d’elle.

Les œuvres d’expression de cet artiste  céramiste présentent au plan formel des architectures incroyables et  arborent un traitement de surface minutieux qui contribue au déploiement du sens. Au plan technique, il utilise l’assemblage par plaques  d’argile pour réaliser les formes qu’il conçoit et la cuisson au bois.

Site Web de l’artiste: http://dsmolyneuxdesigns.com

Advertisements

Gwenaël Hémery

Gwenaël HémeryL’artiste française Gwenaël Hémery a réalisé à l’automne 2013 une résidence de création au département de céramique de la Maison des métiers d’art de Québec. Son projet, Un nouveau monde de chaos et de hasard, s’inscrit dans notre programme de résidences croisées avec l’Institut européen des arts céramique à Guebwiller en Alsace. Elle nous présente le fruit de ses expérimentations.

Des chaos, des nouveaux mondes résultant du hasard des cuissons. Des matériaux différents, des techniques de cuissons, et mes sensations dans un nouvel environnement sont les facteurs qui ont influencé mon processus de création.

Mon approche de la céramique est expérimentale. Je recherche un total lâcher prise sur la notion de résultat. C’est le processus de fabrication, d’enfournement et de cuisson qui importe. Le hasard y joue aussi un rôle majeur dans mes expériences. Il va au-delà de mon imagination. Je le laisse donc me surprendre à chaque défournement. Je travaille beaucoup plus les matériaux que les formes. J’apprends à les connaître et à comprendre leurs réactions à la cuisson et aux superpositions des uns sur les autres. Je les modifie parfois pour observer encore d’autres phénomènes physiques et chimiques. La phase d’enfournement est la phase d’accumulation des matériaux. En effet, je prépare au préalable des éléments multiples de nature différente et ils ne sont assemblés qu’à ce moment là, et quand c’est possible, directement dans le four. La construction est instinctive mais résulte de réflexions et expériences passées. J’y teste souvent les limites de l’équilibre et dois protéger les fours des coulures potentielles engendrées par d’énormes couches d’émaux. Ceci implique que ces éléments d’enfournement (plaques, plateaux, quilles) peuvent faire parfois partie des pièces finales.

Semi-grès, faïence, brique réfractaire, émaux, fil de cuivre – cuisson cône 6 en oxydation

Semi-grès, faïence, brique réfractaire, émaux, fil de cuivre – cuisson cône 6 en oxydation

La vie de ces arrangements chaotiques se dévoile dans le détail et dans la richesse des interactions entre les matériaux.

J’ai profité de cette résidence pour expérimenter de nouveaux matériaux : pare-brise, poudre de semi-porcelaine, faïence, fil électrique (cuivre).

J’ai aussi fait des essais de transfert d’images en couleurs. Enfin, j’ai voulu retrouver un peu ma peinture et tester des effets de matière et de texture sur des plaques, comme des toiles.

Technique du transfert d’impression laser couleur sur semi-grès dégourdi:

Appliquer du médium acrylique sur le côté imprimé. Apposer la face imprimée sur la céramique. Aplatir pour enlever les bulles d’air. Attendre que ça sèche. Humecter d’eau le papier et frotter doucement avec le doigt jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de papier blanc. La photo imprimée reste dans le médium acrylique qui lui-même a été absorbé en surface par la céramique. Cette technique fonctionne aussi sur semi-grès cône 6.